Facebook
Google +
Twitter

Vous vendez votre maison au Mourillon : connaissez-vous les diagnostics obligatoires ?

Publié le 20 septembre 2013

Vous vendez une maison située dans le célèbre quartier de l’est de Toulon, au Mourillon ? Vous devrez présenter au vendeur un DDT, dossier des diagnostics techniques obligatoires. Un dossier de diagnostic technique (DDT) doit en effet être annexé à la promesse de vente, ou à défaut à l’acte authentique. Les diagnostics à réaliser dépendent de la nature du bien, de sa date de construction, de sa localisation et de son équipement.

Voici la check-list des diagnostics que vous devrez présenter à vous acquéreur au moment de la signature de la promesse de vente, pour une maison située au  Mourillon.

Pour vous exonérer de la garantie des vices cachés, vous devrez fournir :

Le contrat de risque d’exposition au plomb et risque de saturnisme qui concerne les biens bâtis avant le 1er janvier 1949. Avant cette date, le plomb, toxique en cas d’ingestion était utilisé souvent en effet dans les peintures.

Le diagnostic amiante portant sur la recherche d’amiante.

Le diagnostic gaz en cas d’installation privative de gaz depuis plus de 15 ans.

Le diagnostic électricité si l’installation électrique date de plus de 15 ans.

Le diagnostic d’installation d’assainissement non collectif est obligatoire lors de la vente lorsque le bien n’est pas raccordé à un réseau public de collecte des eaux usées.

Le diagnostic termites qui fait le point sur la présence de termites. Un arrêté préfectoral classe toutefois la commune de Toulon  en zone  peu infestée, mais le risque existe.

Deux autres documents doivent par ailleurs être intégrés au DDT dans le cas de la vente d’une maison au Mourillon, mais uniquement pour information :

Le diagnostic de performance énergétique ou DPE porte sur tout type d’immeuble et informe sur les caractéristiques thermiques (chauffage, production d’eau chaude…) et la consommation d’énergie. Le DPE classe les logements de A pour les maisons économes à G pour les maisons énergivores. Il donne également des valeurs de référence et des recommandations destinées à améliorer la performance énergétique du bien.

L’état des risques naturels et technologiques présente les risques d’inondations, sécheresse, mouvements de terrain, industriels ou biologiques auxquels est exposée une maison.

C.B./Bazikpress © Chlorophylle –fotolia.com