Facebook
Google +
Twitter

A Toulon comme ailleurs, l’ancien fait de la résistance…

Publié le 10 mars 2015

Avec des niveaux jusque-là jamais atteints dans l’histoire du crédit français, le marché immobilier fait face à la crise et particulièrement le marché de logements anciens. Une bonne nouvelle malgré la tendance de certains acheteurs à jouer la carte de la prudence dans un contexte économique complexe où le taux de chômage ne cesse de grimper.

Des chiffres rassurants

Avec des taux de crédit « très persuasifs », la demande reste importante à l’image des 700 000 transactions réalisées en 2014 dans l’hexagone. Les français ont retrouvé du pouvoir d’achat, conforté également par une révision à la baisse des prix des biens à la vente. Car aujourd’hui, la tendance est à la baisse de prix même si les vendeurs conscients de cette nécessité ont besoin d’arguments et de preuves pour passer ce cap psychologique. Le marché de l’immobilier résiste donc et fait les yeux doux aux acquéreurs potentiels. Des acquéreurs, qui malgré des taux d’intérêts insolents et des baisses de prix quasi-systématiques sur le bien mis à la vente, hésitent encore à franchir le cap de l’acquisition ou de l’investissement immobilier.

Un effort de pédagogie

Dans ce contexte, le rôle du consultant immobilier est essentiel pour informer au mieux les acquéreurs potentiels sur l’actualité immobilière et sur la situation réelle du marché immobilier à Toulon. Un marché qui résiste à la crise et qui offre toujours de belles opportunités aux ménages qui ont compris qu’il était temps de saisir au vol des taux qui ne resteront pas indéfiniment aussi bas. L’année 2015 sera-t-elle la dernière année des taux au plus bas ?

(Sources : Insee, Notaires d’Île-de-France – Base Bien, Notaires de France – Perval)

iBOX © Nicolas Solomas