Facebook
Google +
Twitter

Achetez un bien immobilier dans le Var aux meilleures conditions !

Publié le 27 septembre 2016

D’un mois sur l’autre, les commentaires ne varient pas ? Ils évoquent une situation inédite, historique, sans précédent … De quoi acheter un bien immobilier dans le Var aux meilleures conditions ! Et pour cause, la chute des taux semble ne jamais prendre fin, laissant tout le monde pantois. Et ce mois-ci, la descente continue. En septembre, les taux de crédit ont de nouveau baissé après un mois d’août marqué par la stabilité. La raison ? Elle peut s’expliquer ainsi : en cette rentrée, les banques repartent en conquête de nouveaux clients avec la volonté de capter notamment des primo-accédants, dans un contexte de forte concurrence.

Que faut-il retenir alors ?
Cette tendance lourde des taux à la baisse aurait pu être cassée par l’événement politique du référendum en Grande-Bretagne. Il n’en a rien été. Les taux du marché sont visiblement restés indifférents au vote en faveur de la sortie des Anglais de l’Union européenne. L’OAT est tombée à 0,22%, contre 0,47% à la fin du mois de juin. Or c’est avec cet indice que les banques calculent les conditions qu’elles appliquent aux particuliers pour les prêts immobiliers à taux fixes. Aujourd’hui, les taux les plus bas s’établissent à 0,78% sur 10 ans, 1,04% sur 15 ans, 1,27% sur 20 ans et 1,39% sur 25 ans, et le courtier Cafpi rapporte une rentrée 2016 pleine d’optimisme. Vous pouvez donc le constater : les conditions pour acheter un bien immobilier dans le Var sont plus qu’excellentes !

Aucun nuage à l’horizon
Et elles ne sont pas près de changer. Seul un changement des indicateurs pourrait entraîner une remontée. Or, si la Réserve fédérale américaine (FED) a déjà annoncé qu’elle les relèvera après les présidentielles, la répercussion sur les taux européens et ceux des prêts immobiliers n’interviendrait que début 2017. Dans le même temps, la Banque Centrale Européenne (BCE), face à une économie qui continue à végéter, n’a pas, pour le moment, l’intention de réviser ses propres taux. La possibilité d’une remontée brutale n’est donc pas à craindre.

O.D. / Bazikpress © Claudio Colombo