Facebook
Google +
Twitter

TOULON, en pleine mutation étudiante

Publié le 29 octobre 2019

TOULON évolue et se transforme en une ville étudiante en attirant toujours plus de jeunes.

BTS, écoles de commerce ou classes préparatoires, près de 15 000 élèves se sont inscrits à la rentrée 2019, dans des établissements relevant de l’enseignement supérieur, au sein de l’agglomération Toulonnaise.  Si bien qu’aujourd’hui les étudiants représentent près de 2,5% de la population. Un chiffre en hausse constante et qui influe sur le paysage urbain.

 

 

L’îlot Montéty : un nouveau campus dans le centre historique.

 

Le centre-ville en est le premier marqueur. A la rentrée 2019, le nouveau quartier de la créativité et de la connaissance est né à l’emplacement de l’ancien hôpital Chalucet. Une médiathèque, l’école supérieure de commerce « Kedge business », l’école supérieure d’Art et Design Toulon Provence Méditerranée, y sont désormais implantées.

 

Autre nouveauté prévue pour septembre 2022 : l’îlot Montéty. L’ancienne cité ouvrière, construite en 1860 est un lieu populaire et historique de Toulon, qui verra apparaître un nouveau campus, ultra moderne, de 20 000 m2.

 

Sur la face Nord du site, sera créé le futur institut de formation public varois des professions de santé. Un bâtiment de 8.000 m2, doté d’une capacité de 1 200 étudiants et qui aura l’avantage de se tenir à proximité des grands hôpitaux civils et militaires de Sainte-Musse et de Sainte-Anne.

 

Sur la face Sud, 8 000 m2 seront dédiés au projet privé du groupe Edouard Denis, rassemblant sur 10 750 m2 de plancher une offre hôtelière de nouvelle génération, du co-living et co-working, du bureau, des services, un rooftop avec vue plongeante sur la ville.

 

Un centre-ville en pleine mutation.

 

La création de ces nouveaux pôles étudiants découle de la politique de réhabilitation du centre-ville que mène la Ville, depuis 15 ans. Sur l’ensemble du cœur historique, destructions, requalifications et constructions se succèdent pour redonner un souffle à une ville laissée quasi à l’abandon, à la fin des années 1990. 

 

Des places sont recréées, (Grand Couvent dans l’îlot Baudin, Équerre, Monsenergue, Savonnières, etc.), les axes de circulation sont remis à niveau et des quartiers sortent de terre.

 

Une dynamique fondée sur le besoin de repeupler le centre-ancien, notamment par la jeunesse, qui inclue la mise à disposition de services et encourage à l’ouverture de commerces, restaurants, galeries et boutiques de créateurs.

 

Les biens immobiliers de faibles superficies sont très demandés.

 

Le vivier étudiant de Toulon n’est certes pas encore comparable avec celui de Marseille, Montpellier ou encore de Nice, mais les nouvelles grandes écoles qui s’y installent, attirent de plus en plus de jeunes dans leur sillon.

 

Conséquence : tous ces étudiants sont autant de nouveaux locataires potentiels et la demande locative est en constante augmentation, depuis plusieurs années.

Rien d’étonnant, donc, à ce que les investisseurs ciblent en priorité des petites surfaces, dans l’optique de les louer.

 

On notera que la zone qui permet de réaliser la meilleure rentabilité locative reste le centre-ville ancien de Toulon. Les prix d’un appartement sont côtés, entre 2 200 et 2 400 € du m².

 

Dans le secteur du Mourillon, les prix tournent plus autour de 3 000 € du m2.